POSITIVE : ou faire des bébés après un cancer du sein sans attendre obligatoirement la fin des traitements antihormonaux.
L’étude positive n’est pas une étude randomisée car il n’y en aura pas dans cette situation mais une étude avec des « sécurités » ou « contraintes » méthodologiques qui permettent de donner une information sur une question clefs :

Diapositive1
Peut-on chez les femmes non ménopausées, ayant eu un cancer du sein invasif RH positif arrêté le traitement antihormonal 18 à 30 mois après son initiation, tenter une grossesse et ne pas avoir de surrisque de rechute. Près de 500 [...]



Analyse exploratoire de l’essai PARSIFAL.
Une analyse rétrospective portant sur 112 patientes avait déjà montré une survie sans progression (SSP) plus courte pour des patientes traitées par l’association hormonothérapie + palbociclib et prenant concomitamment des inhibiteurs de la pompe à protons (IPP) (14 versus 37,9 mois) (1).

L’interaction de la prise concomitante d’un IPP sur l’efficacité d’une hormonothérapie associée à un inhibiteur de CDK 4/6 a été analysée à partir des données de la phase II randomisée PARSIFAL (2). L’étude PARSIFAL comparait en première ligne thérapeutique en [...]

Analyse finale de la survie globale de MONARCH 2
Les résultats de l’étude MONARCH 2 ont déjà été publiés, les données de survie sans progression (SSP) avec un recul médian de 19,5 mois (1), les données de survie globale (SG) avec un recul médian de 47,7 mois (2).

Diapositive1
Les données finales avec un suivi médian de 6,5 ans sont présentées lors de ce congrès. L’étude portait sur des patientes progressant en cours de l’hormonothérapie adjuvante ou pendant l’année suivant la fin de cette hormonothérapie adjuvante, et sur des [...]

Analyse de l’essai IDEAL
Une prolongation de l’hormonothérapie adjuvante au-delà de 5 ans est fréquemment proposée bien que le bénéfice soit faible (1).

L’étude NSABP B42 a évalué l’intérêt de 5 années supplémentaires d’hormonothérapie par létrozole après 5 premières années d’hormonothérapie comprenant un inhibiteur de l’aromatase chez 3966 patientes (2). La prolongation de l’hormonothérapie ne permettait pas d’amélioration de la survie sans progression [...]

Attention : ceci est un compte-rendu et/ou résumé des communications de congrès dont l'objectif est de fournir des informations sur l'état actuel de la recherche ; ainsi, les données présentées sont susceptibles de ne pas être validées par les autorités françaises et ne doivent donc pas être mises en pratique. Ce CR a été réalisé sous la seule responsabilité du coordinateur, des auteurs et du directeur de la publication qui sont garants de l’objectivité de cette publication.