Accueil / Actualités Scientifiques

Chimiothérapie intra-péritonéale pour cancers gastriques avancés : Le retour ?

Cytoreductive surgery and hyperthermic intraperitoneal chemotherapy improves survival of patients with peritoneal carcinomatosis from gastric cancer: final results of a phase III randomized clinical trial. Yang XJ, Huang CQ, Suo T, Mei LJ, Yang GL, Cheng FL, Zhou YF, Xiong B, Yonemura Y, Li Y. Ann Surg Oncol. 2011 Jun;18(6):1575-81. Epub 2011 Mar 23.   Cette première étude randomisée sur la prise en charge de  la carcinose péritonéale d’origine gastrique, à l’effectif limité, démontre que la CHIP associée à la chirurgie de cytoréduction, améliore les résultats de cette dernière utilisée seule, ces données demandant bien-sûr confirmation.

Quel est le risque réel de développer un adénocarcinome sur œsophage de Barrett ?

Adenocarcinoma of the esophagus and Barrett's esophagus : a population-based study. Bytzer P, Christensen PB, Damkier P, Vinding K, Seersholm N. Am J Gastroenterol. 1999;94:86-91.   Dans cette étude, l’incidence de l’ADC sur EBO apparait  4 à 5 fois moins élevée que celle usuellement rapportée, posant la question de la légitimité d’une surveillance systématique des patients porteurs d’un EBO sans dysplasie.

Efficacité de la vaccination anti-HPV dans la prévention des lésions néoplasiques anales induites par l’infection HPV chez des sujets à risque.

HPV vaccine against anal HPV infection and anal intraepithelial neoplasia. Palefsky JM, Giuliano AM, Goldstone S, et al. N Engl J Med 2011 ; 365 : 1576-1585.   Ces résultats  indiquent  que la vaccination contre les papillomavirus humains oncogènes est associée à une réduction du taux d’infections anales HPV persistantes et du risque de néoplasies intra-épithéliales anales chez des homosexuels masculins. Ils laissent augurer d’un impact favorable sur le risque de carcinome infiltrant et plaident en faveur de son utilisation dans ce groupe à risque particulier, voire de sa généralisation chez les adolescents des 2 sexes.

Une survie prolongée est possible après résection en deux temps de métastases hépatiques de cancer colorectal (MHCCR)

High survival rate after two-stage resection of advanced colorectal liver metastases: response-based selection and complete resection define outcome.  Brouquet A, Abdalla EK, Kopetz S, et al. J Clin Oncol 2011;29:1083-1090.   Chez des patients porteurs de MHCCR avancées, une excellente survie à distance est tout à fait possible après résection en deux temps, sous l’effet conjugué d’une sélection par la chimiothérapie et de la résection complète de la maladie tumorale.

KRAS définitivement non prédictif de la réponse au bevacizumab, BRAF toujours de mauvais pronostic !

Impact of KRAS and BRAF Gene Mutation Status on Outcomes From the Phase III AGITG MAX Trial of Capecitabine Alone or in Combination With Bevacizumab and Mitomycin in Advanced Colorectal Cancer. Price TJ, Hardingham JE, Lee CK et al. J Clin Oncol. 2011;29:2675-82   Concernant le cancer colorectal métastatique, les  mutations tumorales de KRAS n’ont pas de valeur pronostique alors que les  mutations tumorales de BRAF ont un impact pronostique péjoratif. Ni l’une, ni l’autre ne présente de valeur prédictive de réponse au Bevacizumab.

FOLFOX en traitement de première ligne du cancer colorectal métastatique : traitement continu ou intermittent ? Résultat de l'étude COIN

Intermittent versus continuous oxaliplatin and fluoropyrimidine combination chemotherapy for first-line treatment of advanced colorectal cancer: results of the randomised phase 3 MRC COIN trial. Richard A Adams, Angela M Meade, Matthew T Seymour, et al. Lancet Oncology, 2011 12:642-653   Un traitement de première ligne des cancers colorectaux métastatique par 5FU (infusionnel ou oral) et oxaliplatine peut être administré de manière intermittente sans compromettre la survie mais en améliorant la qualité de vie, confirmant le bien-fondé de la stratégie « stop and go Oxaliplatine) » dans cette situation.