Accueil / Dossiers / Le cancer : Ce qu’il faut savoir / Les différents types de cancer / Cancer colorectal / Cancer colorectal : Dépistage

Cancer colorectal : Dépistage

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Share on LinkedInShare on RedditEmail this to someone

hemocultLe dépistage se fait par la recherche de sang occulte (qui n’est pas visible à l’œil nu) dans les selles.

Les petits cancers et les gros adénomes (polypes) saignent souvent. Le concept du dépistage est de rechercher du sang dans les selles qui ne se voit pas à l’œil nu (saignement microscopique).

Ce dépistage est organisé depuis 2003, des campagnes pilotes du dépistage du cancer du côlon et du rectum ont été mises en place dans vingt-trois départements, elles invitent les hommes et les femmes de 50 à 74 ans à réaliser tous les deux ans un test de dépistage permettant de repérer des saignements microscopiques anormaux dus à l’existence de gros polypes ou à un cancer.

Ce test s’appelle le test Hémoccult II et est remis gratuitement par votre médecin qui vous expliquera comment le réaliser vous-même à la maison. Simplement, il s’agit de déposer dans des conditions précises un peu de vos selles sur six plaquettes prévues à cet effet. Une fois que le test est effectué, vous devrez l’adresser par la poste à un centre de lecture dans une enveloppe réservée à cet envoi.

Ce test permet de détecter un cancer sur deux et un adénome sur cinq.
Il a montré toutefois qu’il pouvait permettre de réduire le nombre de décès lié à ce cancer colorectal d’environ 15 à 18 %.

Par contre si le test est négatif, il faudra le renouveler tous les deux ans.

Il faudra toutefois consulter rapidement un médecin si entre les deux ans, une constipation ou une diarrhée apparaissait ou une alternance de constipation et de diarrhée ou des douleurs au niveau du ventre ou de fatigue anormale.

Attention, si le test est positif cela ne veut pas dire qu’il y a un cancer mais qu’il y a un saignement d’origine digestive qui peut être également d’origine bénigne comme des hémorroïdes ou des inflammations liées soit à des maladies inflammatoires, soit à des traitements préalables.

Un bilan par coloscopie devra être réalisé afin de visualiser l’ensemble du côlon et du rectum.

Donc pour les personnes de plus de 50 ans, le dépistage doit être fait par la recherche de sang dans les selles tous les deux ans, suivie d’une coloscopie si cette recherche est positive.

Les personnes qui ont un parent au premier degré c’est-à-dire un père ou une mère qui a été atteint jeune avant 60 ans ou si plusieurs parents du premier degré ont été atteints quel que soit l’âge de survenue, une coloscopie à partir de 45 ans ou 5 ans avant l’âge du cancer chez le parent atteint doit être réalisée.

Enfin devant des situations à risque élevé ou à risque très élevé comme les antécédents personnels de polypes ou des antécédents personnels de cancer du côlon ou de maladie inflammatoire ou de maladie héréditaire, une coloscopie doit être réalisée régulièrement tous les un à trois ans en fonction du contexte et une détection génétique avec prise en charge spécifique particulière doit être réalisée et doit être donc discutée avec votre cancérologue.

Détection précoce du cancer colorectal

Silhouette With Clipping Path of Business Man on StoolElle dépend du niveau de risque de la population concernée.

Le dépistage de masse
Il s’adresse aux personnes à risque moyen, c’est-à-dire des personnes âgées de 50 ans et plus ne présentant aucun facteur de risque personnel ou familial de cancer colorectal. Ce test s’adresse à des gens bien portants, asymptomatiques. Il consiste en la recherche de sang dans les selles par un test, l’hemoccult, et à un toucher rectal. L’hemoccult peut détecter 50% des cancers et 20% des adénomes de taille supérieure à 1 cm. Des études européennes ont démontré qu’à condition d’être pratiqué tous les deux ans sur une population suffisante, il pourrait amener à une baisse significative de la mortalité par cancer colorectal d’environ 15%. La positivité de ce test impose la réalisation d’une coloscopie.

Patient avec antécédent personnel d’adénome de taille supérieure à 1 cm et/ou villeux ou de cancer colorectal :
coloscopie (Lire) tous les trois ans initialement puis tous les cinq ans.

Antécédent familial de cancer colorectal
Coloscopie tous les cinq ans à partir de 45 ans ou cinq ans avant l’âge du membre de la famille atteint par le cancer.

Patient ayant une maladie inflammatoire intestinale avec inflammation de la paroi colique évoluant depuis plus de quinze ans :
coloscopie tous les deux ans.

Polypose adénomateuse familiale
– Surveillance coloscopique tous les six mois jusqu’à l’âge de 15-20 ans où il est recommandé de réaliser une coloproctectomie (ablation du côlon et du rectum)
– Surveillance par fibroscopie œso-gastroduodénale tous les trois ans pour surveiller les lésions gastroduodénales par biopsies
– Recherche de la mutation chez les apparentés. Si positive, coloscopie annuelle de 10 ans à 40 ans.

Le HNPCC
– Recherche génétique chez la personne malade d’instabilités des microsatellites.

– Si patient porteur de la mutation : coloscopie totale avec coloration au moins tous les deux ans, après chaque coloscopie normale, dès l’âge de 25 ans (ou 5 ans avant la personne atteinte par la maladie) et examen gynécologique annuel à partir de l’âge de 30 ans, avec échographie pelvienne et frottis. La découverte d’un adénome supérieur à 1 cm, à contingent villeux ou en dysplasie de haut grade ou d’un cancer, impose une intervention (colectomie totale).

– Enquête familiale : on recherche la mutation retrouvée chez la personne atteinte chez les autres membres de la famille.

puceEn savoir + : Le cancer colorectal (définition)

puceVidéo – Le toucher rectal :