Accueil / Actualités Scientifiques

CARCINOME HEPATOCELLULAIRE – Faut-il associer la destruction par radiofréquence à la chimio-embolisation transartérielle (TACE) ?

Radiofrequency ablation with or without transcatheter arterial chemoembolization in the treatment of hepatocellular carcinoma: a prospective randomized trial. Peng ZW, et al. J Clin Oncol. 2013 Feb 1;31(4):426-32   A défaut d’une possibilité de transplantation hépatique, les carcinome hépatocellulaire ( CHC) de moins de 7 cm doivent faire l’objet d’une résection chirurgicale ou d’une destruction complète par radiofréquence 5RF). En l’absence de thrombose portale est-il alors licite d’y associer une TACE ?

PANCREAS – Méta-analyse sur l’intérêt de la gemcitabine seule ou en combinaison dans le cancer du pancréas avancé

Role of gemcitabine-based combination therapy in the management of advanced pancreatic cancer: A meta-analysis of randomised trials. Ciliberto D, et al. Eur J Cancer. 2013 Feb;49(3):593-603.   Méta-analyse réalisée sur un total de 34 études, soit 10660 patients, avec comme objectif principal la survie globale (SG) des patients traités par gemcitabine seule ou en association pour un cancer du pancréas avancé.

Radiochimiothérapie des carcinomes épidermoïdes du canal anal : une affaire de schéma d’administration plus que de drogues ?

Long-Term Update of US GI Intergroup RTOG 98-11 Phase III Trial for Anal Carcinoma: Survival, Relapse, and Colostomy Failure With Concurrent Chemoradiation Involving Fluorouracil/Mitomycin Versus Fluorouracil/Cisplatin. Gunderson LL., Winter KA., Ajani JA. et al. J Clin Oncol. 2012 Dec 10;30(35):4344-51. Concernant la prise en charge des carcinomes épidermoïdes du canal anal , la radio-chimiothérapie concomitante (RCC) avec l’association 5-FU + Mitomycine C (RT + 5-FU/MMC) est supérieure à la RCC avec l’association 5-FU + Cisplatine (RT + 5-FU/CDDP) précédée de 2 cures de chimiothérapie d’induction par 5-FU/CDDP. Cette supériorité s’exprime par une réduction du risque de colostomie mais également par une amélioration significative de la survie sans maladie et de la survie globale à partir des données actualisées de l’essai RTOG 98-11.

Une efficacité de l’oxaliplatine conservée pour les tumeurs coliques dMMR !

Mutation Profiling and Microsatellite Instability in Stage II and III Colon Cancer: An Assessment of Their Prognostic and Oxaliplatin Predictive Value. Gavin PG. Colangelo LH, Fumagalli D et al. Clin Cancer Res. 2012 Dec 1;18(23):6531-41 Les études ancillaires des essais NSABP-C07 et NSABP-C08 indiquent que les cancers coliques opérés (stades II et III) de phénotype dMMR ont un pronostic plus favorable et que les mutations somatiques de BRAF sont associées à un pronostic plus péjoratif par diminution de la survie après récidive tumorale. Surtout, elles permettent de conclure à l’efficacité de l’association oxaliplatine + 5-FU administrée en situation adjuvante après résection de cancers de phénotype dMMR, alors que la monochimiothérapie par 5-FU est inefficace dans ce contexte (voire délétère pour les stades II).

Cancer de l’estomac opéré : comment prédire la réponse à la chimiothérapie et le pronostic ?

Prediction of response and prognosis by a score including only pretherapeutic parameters in 410 neoadjuvant treated gastric cancer patients. Lorenzen S et al. Ann Surg Oncol. 2012 Jul;19(7):2119-27 La réponse à la chimiothérapie néoadjuvante et le pronostic peuvent être appréhendés grâce à 3 variables simples disponibles dès la phase préopératoire. La localisation au tiers moyen de l’estomac, le caractère bien différencié de la tumeur et le type intestinal de la classification de Lauren sont des facteurs prédicitifs de bonne réponse à la chimiothérapie et de bon pronostic.

Chirurgie curative des cancers du rectum : l'âge ne doit pas être une contre-indication en soi !

Comparative outcomes of rectal cancer surgery between elderly and non-elderly patients: a systematic review. Manceau G. et al. Lancet Oncol. 2012 Dec;13(12):e525-36. La prise en charge du cancer du rectum est complexe et peu d'études se sont intéressées spécifiquement aux sujets âgés, que ce soit dans des essais évaluant les traitements néo-adjuvants ou la chirurgie, de telle sorte que nous ne savons pas si les recommandations générales de prise en charge du cancer du rectum peuvent être ou non extrapolées aux patients âgés. L'étude française de Manceau et al. publiée dans le Lancet Oncology tente d’apporter des réponses à cette question.

CANCER DU PANCREAS METASTATIQUE _ Le FOLFIRINOX vainqueur face à la gemcitabine, en termes de qualité de vie aussi !

Impact of FOLFIRINOX Compared With Gemcitabine on Quality of Life in Patients With Metastatic Pancreatic Cancer: Results From the PRODIGE 4/ACCORD 11 Randomized Trial Gourgou-Bourgade S., Bascoul-Mollevi C.,  Desseigne F. et al. J Clin Oncol. 2013 Jan 1;31(1):23-9.   L’étude  PRODIGE 4/ACCORD 11, a permis de démontrer que le protocole FOLFIRINOX, se révélait supérieur face à la gemcitabine en termes de survie sans progression et de survie globale en première ligne de traitement chez les patients porteurs d’un adénocarcinome du pancréas en bon état général et non cholestatiques. Cependant cette trithérapie intensive

CANCER COLORECTAL METASTATIQUE _ Survie aprés resection de métastases hépatiques : mieux vaut être KRAS sauvage !

KRAS status and outcome of liver resection after neoadjuvant chemotherapy including bevacizumab. Stremitzer S, Stift J, Gruenberger B, Tamandl D et al. Br J Surg. 2012 Nov;99(11):1575-82   A partir d’une série de 50 patients opérés de métastases hépatiques d’origine colorectale après un traitement néoadjuvant avec ou sans bevacizumab ayant obtenu une réponse objective ou une stabilité tumorale, les auteurs de cette étude autrichienne démontre que la mutation tumorale de KRAS , sans effet sur le taux de réponse, possède une valeur pronostique péjorative.

CANCER COLORECTAL METASTATIQUE _ Surexpression d'ERCC1 et DPD après chimiothérapie par oxaliplatine : avantage au S1 sur le 5FU infusionel ?

Upregulation of ERCC1 and DPD expressions after oxaliplatin- based first-line chemotherapy for metastatic colorectal cancer Baba H et al. Br J Cancer. 2012 Dec 4;107(12):1950-5   Etude basée sur les résultats d’un essai de phase II/III de non infériorité entre le schéma IRIS (irinotécan+S1) et le schéma FOLFIRI en seconde ligne du traitement du cancer colorectal métastatique. Concernant l’objectif principal, la non infériorité entre les deux protocoles a été mise en évidence mais une analyse de sous-groupes a montré un avantage

NEUROTOXICITE DE L’OXALIPLATINE _ Une méta-analyse confirme l’effet neuroprotecteur des perfusions de calcium et magnésium

Ca/Mg infusions for the prevention of oxaliplatin-related neurotoxicity in patients with colorectal cancer: a meta-analysis. Wen F., Zhou Y., Wang W. et al. Ann Oncol. 2013 Jan;24(1):171-8.   Cette méta-analyse a pu réunir 4 études randomisées et 3 études rétrospectives soient 1170 patients traités pour cancer colorectal par oxaliplatine. Parmi eux, 802 reçurent des perfusions de calcium et magnésium  (groupe Ca/Mg) et 368 n’en reçurent pas (groupe témoin).

CANCER RECTAL _ Facteurs prédictifs de l’atteinte de la marge circonférentielle après radio-chimiothérapie pour un cancer du rectum

Predictive factors of positive circumferential resection margin after radiochemotherapy for rectal cancer: The French randomised trial ACCORD12/0405 PRODIGE 2. Rullier A. et al. Eur J Cancer. 2013 Jan;49(1):82-9.   Etude rétrospective à partir de l’essai randomisé ACCORD12/0405 PRODIGE 2 et dont l’objectif était d’évaluer les facteurs pronostiques d’une atteinte de la marge de résection circonférentielle (MRC) après chirurgie pour un cancer du rectum.

CANCER RECTAL _ Quel est l’impact réel de la chimiothérapie adjuvante ?

Patients with rectal cancer receiving adjuvant chemotherapy have an increased survival: a population-based longitudinal study. Tiselius C., Gunnarsson U., Smedh K. et al. Ann Oncol. 2013 Jan;24(1):160-5   La prise en charge des cancers  du bas et moyen rectum de stages II et III a été profondément modifiée au cours des vingt dernières années avec en particulier l’avènement de la radiochimiothérapie préopératoire à base de 5 FU infusionnel ou oral  précédent une chirurgie d’exérèse complète du mésorectum.

CANCER RECTAL _ Quels sont les patients qui reçoivent une chimiothérapie adjuvante aux USA ?

Postoperative Adjuvant Chemotherapy Use in Patients With Stage II/III Rectal Cancer Treated With Neoadjuvant Therapy: A National Comprehensive Cancer Network Analysis. Khrizman P, Niland JC, Ter Veer A et al. J Clin Oncol. 2013 Jan 1;31(1):30-8.   Les guidelines américains recommandent que les patients opérés, aprés radiochimiothérapie, d’un cancer rectal de stade II ou III reçoivent en complément une chimiothérapie post-opératoire quel que soit le down-stagging obtenu. Le National Comprehensive Cancer Network (NCCN) Colorectal Cancer Database a mené un travail visant à vérifier l’application ou non de ces recommandations de bonne pratique

CANCERS EPIDERMOÏDES _ Une voie de résistance possible des cancers épidermoïdes traités par radiothérapie et anti-EGFR .

EGFR/JIP-4/JNK2 Signaling Attenuates Cetuximab-Mediated Radiosensitization of Squamous Cell Carcinoma Cells. Eke I. et al. Cancer Res. 2013 Jan 1;73(1):297-306.   Etude sur lignées cellulaires et modèle animal de carcinomes épidermoïdes et dont l’objectif était de déterminer les voies alternatives mises en jeu lors du traitement par anti-EGFR (cetuximab) + radiothérapie. Les principaux résultats  peuvent être ainsi résumés :